Histoire de chats

Cette histoire commence par une histoire de poules.

Nous vivons avec mon épouse (que j'appelle Maïté, qui à Doyet est connue comme Marie-Thérèse et à l’hôpital comme Marie) depuis environ dix ans à Doyet.

Il y a trois ou quatre ans nous avons fait venir deux poules, une rousse et une noire, et comme nous n'avons pas grande imagination pour nommer les animaux nous les avons appelées La Rousse et La Noire comme on dit à Doyet Le Gérard, Le Jean-Paul ou La Marie-Thérèse.Nous avions même construit un poulailler, au fond du jardin, entouré d'un grillage, avec un nichoir où pondre. Comme nous n'aimons pas priver qui que ce soit de liberté les poules circulaient dans le jardin et le soir elles rentraient gentiment dans le poulailler et nous en fermions la porte, pour les protéger des fouines, ou autres carnivores.

C'est là que nous avons commencé à voir que des animaux, à qui on parle, non seulement répondent mais semblent comprendre ce qu'on leur dit de gentil, mais aussi quand on les dispute.

20170613_163856

Où on voit sur cette photo que la dominante c'est la Rousse qui ne se laisse pas attraper facilement sauf quand elle est malade et la pauvre elle a été souvent malade. Et nous l'avons emmené au vétérinaire suscitant les sourires amusés de nos voisins anciens éleveurs de bovins ... et de poules qui aimaient bien leurs animaux mais bon les poules c'est fait pour faire des œufs et être mangées. Antibiotiques avec une seringue dans le bec, et ça crée des liens, on y reviendra avec les chats.
Tout ça pour dire que la Rousse est morte la première, suscitant notre tristesse et celle de la Noire.
On donnait du grain aux poules mais aussi les restes de repas et c'est là qu'intervient la chatte errante qu'on appellera pour la suite la Mère Minette.

Début de l'histoire des chats.

La mère minette commence à venir partager le repas des poules sans que celles-ci ne s'en offusquent. Qui a apprivoisé l'autre ? Puis on donne à la chatte des croquettes de chats ..
La Minette vaquant à ses occupations (on n'a jamais pu l'attraper) se retrouve enceinte et en confiance en février 2018 fait 4 petits chats dans un carton du grenier au dessus de l'atelier, au fond du jardin. Nous trouvons immédiatement les chatons, les yeux encore fermés et même pour certains morts-nés et je les noie dans un seau avec une pierre par dessus.
La Mère Minette me crache après, me jurant qu'on ne l'y reprendra plus ! On ne la voit plus pendant plusieurs jours puis elle revient vers ses amies les poules.
Nous enterrons les chatons entre le pécher et le cerisier inaugurant ainsi un petit cimetière des animaux. Au printemps la Rousse décède et la Noire se rapproche encore plus de la Mère Minette.
Et cette dernière se retrouve à nouveau enceinte et ramène ses nouveaux chatons (4) alors qu'ils ont pas loin de deux mois, au début août. Impossible à tuer, trop mignons les yeux naïfs qui vous fixent .. Et là début d'une félicité, tétées puis jeux, apprentissages pour faire ses besoins et recouvrir de terre, apprendre à chasser. Parfois la tribu disparait en stage pendant 2 ou 3 jours. Mais aussi parfois la Mère Minette part seule à la chasse et c'est là que c'est extraordinaire confiant ses chatons à la garde de la poule Noire.

On voit sur la vidéo du 18 septembre 2018 (clic droit puis lire en boucle) la Mère Minette, la tigrée qu'on appellera plus tard La Minette, 2 mâles Max (il est libre Max) et Oscar (2018 c'est l'année des O) et une autre femelle La Petite (le chaton qui arrive en dernier ou celle à la tête triangulaire à droite; difficile de déterminer les sexes si petits et le Max et la Petite se ressemblaient beaucoup). Impossible d'attraper qui que ce soit !

Comme je l'ai déjà dit la bande disparait des fois pendant plusieurs jours et un soir de début décembre la tigrée revient claudicante et nous appelle à l'aide. Nous la faisons entrer dans la cuisine d'été donnant sur le jardin. Le lendemain matin une grande flaque d'urine nauséabonde et tâchée de sang est sur le sol. Nous l'emmenons immédiatement au vétérinaire de Doyet. C'est une chatte que nous prénommons La Fugueuse et par la suite La Minette. Auscultation, analyse de selles et d'urine. Échographie : la vessie est pleine et elle n'arrive pas à la vider seule. Infection importante à je ne sais plus quel microbe. On soupçonne aussi un empoisonnement à un raticide. 5 jours sous perfusion, puis radiographie. Il s'avère que c'est le fémur qui a enfoncé le bassin. Vraisemblablement un coup de pied, de bâton ou une chute d'un arbre ou d'un toit mal réceptionnée. Et c'est l'hématome qui a infecté la vessie. La vétérinaire la garde 4 à 5 jours sous perfusion : antibiotique et antiinflammatoire. Elle est trop jeune pour être opérée du bassin, elle risque d'être handicapée mais en fait elle ne l'a pas été. Nous allons acheter en catastrophe un couffin et une litière et nous la gardons dans le hall d'entrée de l'étage pendant une bonne semaine avec un cachet à jeter dans la gorge, pipette d'antibiotique dans la pâtée et aide à vider la vessie. Elle a bon appétit, apprend quasiment par instinct à faire ses besoins dans la litière et à recouvrir les choses en balayant autour souvent de la patte gauche.

Les deux mâles disparaissent l'un après l'autre, d'abord Max puis Oscar qu'on arrivait pourtant à caresser. La Mère Minette et la Petite qui viennent manger dans une écuelle dans le jardin restent sauvages.

Entre temps la Noire décède, enrichissant le cimetière aux animaux. Les chats se crachent les uns sur les autres quand ils se croisent. Nous faisons stériliser et pucer la Minette et posons une chatière, sur la porte extérieure de la cuisine d'été, lisant la puce posée entre les omoplates de la Minette. Mais celle-ci refuse de rentrer la tête car un verrou s'ouvrant lui fait peur.

Et puis ça se gâte et nous sommes débordés.

. Tout est calme et paisible jusque début juin 2019 où la Mère Minette nous ramène 5 chatons là encore d'un mois et demi et début juillet c'est autour de la Petite de nous en ramener 5 beaucoup plus chétifs mais là aussi les yeux grands ouverts et charmeurs.
Début août la Mére Minette, à nouveau enceinte, chasse ses petits que la Petite adopte. Elle en a 10 et les grands continuent à téter. On assiste à des scènes touchantes :
- un des grands qu'on appelle le Poilu est littéralement amoureux de la Petite, il la suit partout et lui fait de vrais bisous et lorsqu'elle part chasser surveille tout le monde depuis le banc du jardin.

- la Petite est obligée d'organiser des tours de tétée car comme elle est assez menue il n'y a pas assez de place pour toutes les têtes. Elle nourrit une première tournée puis quand il n'y a plus de lait va manger un coup. Il ne faut pas 10 minutes pour que l'usine à lait recommence à produire.

- le soir à la tombée de la nuit quand les hirondelles ont fini de chasser et que les chauve-souris n'ont pas encore commencé, c'est la folie chez les chatons : courses poursuites effrénées, concours de montée aux arbres, luttes mêlant petits et grands, bisous et lèches entre frères, sœurs, neveux et nièces. La vie quoi !

Mais on ne peut pas laisser cela ainsi d'autant que les choses vues sur Internet ou sur Arte notamment avec le documentaire sur les chats en Australie, nous filent la trouille d'être encore plus débordés.

proli-chats

Bon stérilisation OK mais faut déjà les attraper, au moins les femelles. Pour les petites de la Mère Minette et de la Petite on a un peu le temps (à 6 mois soit mi-octobre pour les premières, mi-novembre pour les deuxièmes) mais pour les deux chattes adultes ça urge.
La vétérinaire de Doyet nous dit qu'on ne peut pas avorter quand c'est trop avancé.
La Mère Minette enceinte jusqu'aux yeux et ayant rejeté ces petits de la tournée d'avant avait pris l'habitude de venir manger dans une écuelle que nous disposions prêt de la porte d'entrée (façade nord de la maison), le reste de la ménagerie se nourrissant au sud dans le jardin.

Notre voisin Mr Peron nous prête un piège utilisé par les chasseurs à deux portes guillotine qui se referment dès que l'animal passe sur la pédale située au milieu du piège. Nous disposons l'écuelle de nourriture au fond du piège et armons avec une seule porte ouverte. Mais la Mère Minette tourne autour, essaie d’attraper les croquettes de l'extérieur mais, maligne, comprend qu'il y a un piège et qu'il ne faut surtout pas entrer. Aussi on tente autre chose.
Sur le côté de la maison façade est il y a un garage à toit plat construit par notre voisin Mr Vincent il y a 3 ans. Ce garage est fermé côté Nord par un volet roulant commandé par une télécommande et côté sud par une porte vitrée coulissante, côté est c'est le mur mitoyen avec Mr et Mme Vincent, et le côté ouest c'est la maison. 
Je dispose l'écuelle prêt de la porte vitrée fermée, le volet roulant presque fermé, laissant juste le passage d'un chat en dessous et j'attends la télécommande à la main. La Mère Minette arrive enfin et va à l'écuelle. Et hop j'appuie sur le bouton de fermeture de la télécommande. Elle essaie bien de repasser par la sortie mais c'est trop tard, elle se jette partout dans le garage mais elle est prise au piège; 1 à 0 pour les humains. Nous lui disposons couffin, eau, nourriture, litière et elle s'habitue et se calme. Elle reste ainsi une semaine.

Le mardi 27 août nous allons à la SPA de Montluçon et nous expliquons notre problème. Très compréhensive la responsable de la SPA nous dit : on va d'abord régler le cas des deux chattes adultes en les stérilisant, et on verra plus tard pour les petites femelles.Elle nous dit aussi :
1- qu'il est possible d'avorter une mère même en fin de grossesse,
2- qu'on peut stériliser une mère allaitant ses petits pour peu que ceux-ci aient plus d'un mois et commencent à manger des croquettes et même qu'une fois la mère opérée, ils pourront continuer à la téter.
Elle nous fait deux bons de prise en charge pour les deux adultes, auprès d'un vétérinaire de Domérat. Elle nous dit aussi qu'elle ne peut prendre les chatons le refuge étant plein.

Nous rentrons à la maison rassurés, mais dans le garage la Mére Minette a fait 3 chatons. J'attends le lendemain mercredi car 2 autres chatons sont là. Je prépare l'arme du crime, le seau d'eau et une grosse pierre et le crime est commis. Maintenant il va falloir attendre 15 jours 3 semaines avant de la faire stériliser. Je n'ai pas compris tout de suite pourquoi.

Je prends rendez-vous auprès de la vétérinaire pour le 6 septembre à 8h50 pour stériliser la Petite et le 19 septembre à 8h pour stériliser la Mère Minette.

Combat des humains contre les chats : match perdu à plate couture par les premiers.

Reprise de l'article le 10 mai 2021 au risque d'oublier des épisodes. Dans la tentative de capturer puis d'emmener la mère Minette et la Petite au vétérinaire de Domérat nous, avec Mr Bousquet, avons échoué. Nous avons été griffés, mordus. Les chattes se sont réfugiées SOUS LE CAPOT MOTEUR de la voiture. La tentative d'aller les perdre du côté du bois de Saulcet s'est aussi soldée par un échec, les chattes revenant à la maison. La Petite l'après-midi même et la mère Minette au bout de quelques jours où on l'a vu apparaitre sur le toit plat du garage.

Autres épisodes, en vrac, montrant l'intelligence des chats, leur solidarité d'espèce et même leurs sentiments.

Nous optons dorénavant pour la capture des chattes, dans le garage, quand nous voyons à l'apparition des mamelles, que l'accouchement est proche. Et alors nous tuons les chatons. Mais il y a des loupés !

-- Une fille de la Petite, la Chamarée, fait ses petits dans la nature.

Nous nous apercevons de cela car elle revient un jour le ventre plat. Nous l'enfermons alors dans le garage, en se disant, que les chatons privés de leur mère ne vont pas survivre. C'est cruel mais nous sommes obsédés par la multiplication des chats. Nous la gardons ainsi enfermée huit jours. Mais c'est sans compter sur sa mère la Petite qui les a pris en charge et deux mois après 4 chatons traversent la rue de l'Etang et nous sont présentés par leurs deux mères la biologique et l'adoptive. Comment résister ? Et de 4 de plus.

-- La mère Minette et sa fille la Petite se consolent mutuellement.

Coup sur coup nous réussisons à enfermer mère puis fille dans le garage et tuons leurs chatons. Alors que jusque là mère et fille se faisaient la gueule, voire se crachaient l'une sur l'autre, là elles se tombent dans les bras (les pattes avant) et se consolent mutuellement. Elles restent ainsi pas loin de 4 jours enlacées ainsi. Où on voit que les animaux ont des sentiments.

-- La Curieuse, petite chatte noire et blanche est la baby sitter des petits chatons.

On s'y perd dans la filiation ! Mais cet automne sur le divan de la cuisine d'été la petite curieuse gardait amoureusement des petits chatons nés trois mois après elle. Celle-ci c'est une curieuse qui monte à l'étage, qui dès qu'un changement s'opère dans la maison ou le jardin a le nez dessus pour s'informer. Du coup celle-ci on lui a laissé un des 5 petits qu'elle a eu il y a une semaine.

-- La mère Minette et son amoureux le matou joufflu

Le matou joufflu, qui vient d'on ne sait où, est l'amoureux attitré de la mère Minette. Il faut voir leur attitude à tous les deux et pas seulement au moment où la mère Minette est en chaleur. Ce matou a réussi à chasser les autres chats des différentes portées. Il n'y a que les chattes qui restent dans le secteur. Il y en a un, que nous aimions beaucoup : le Titi très gentil, protecteur pour ses frères et soeurs ou cousin-e-s. Il a disparu. Il y a encore un petit gris mais il est encore jeune.

Etat des lieux au 10 mai 2021.

Actuellement nous avons réussi à éliminer 32 (oui trente deux) petits chats à la naissance, soit enfermant les mères à temps dans le garage, soit parce qu'elles ont fait leurs petits dans le couffin de la cuisine d'été. Ceci est récent : elles nous font confiance, assistent aux crimes, ne cherchent plus leurs chatons et ne semblent pas particulièrement affectées. Au point que la Curieuse était un peu surprise qu'on lui laisse un chaton.
Qu'on vienne pas nous dire que nous tuons des petits chats. Nous ne pouvons pas attrapper les chattes quand nous voulons les emmener au vétérinaire pour les stériliser. Elles sont malines. Elles le sentent et se disent qu'elles ne sont pas malades. Les pièges à trappes, elles connaissent et ne se laissent plus prendre.
Et quand ils sont malades, ils savent nous demander de l'aide. Ainsi d'une petite chatte grise, pourtant sauvage, qui toute faible est venue un matin. Nous n'avons pas pu la sauver. Elle avait une infection des reins et le vétérinaire après avoir essayé de la sauver a dû l'euthanasier.
Et puis rendez-vous compte 32 chatons, mettons la moitié de chattes sans compter leurs mères. En un an trois portées en moyenne de 4. Cela ferait actuellement 16x12=192 !! Voir le dessin plus haut !!
Nous aimons "nos" chats. Chaque matin Marie-Thérèse leur donne à manger dans la cuisine d'été et un peu le soir. Et à la mère Minette devant la porte d'entrée. Et à l'étage pour notre Minette stérélisée et pucée.
Ils sont libres comme l'air. Ce ne sont pas "nos" chats mais des animaux qui habitent chez nous et avec qui nous avons de grandes joies.
Actuellement il y a ici :
- la mère Minette celle de qui tout est parti,
- la Minette qui s'est embourgeoisée, et que les autres, et réciproquement, n'aiment pas trop,
- la soeur de la Minette, la Petite, qui est la plus intelligente de la bande,
- la Chamarée fille de la Petite qu'on ne voit plus trop souvent,
- la petite Noire qui a eu la queue coupée, à moitié, par un fil de fer,
- la Curieuse qui élève actuellement son chaton,
- la grise et blanche,
- son frère le petit gris.
Désolé, nous ne sommes pas trop doués pour nommer les chats; et les nommer ce serait se les approprier. En fait ce sont eux qui nous apprivoisent (voir le Petit Prince !) et comment nous nomment-ils quand ils nous parlent ??
On doit en être à 9 avec le petit chaton.

A suivre ...